Rando montagne de Lure

Rando montagne de Lure

dimanche 4 octobre,    rando forêt de Lure en automne.  encadrants Pierre et Lolo.
 
rando en boucle, 590 mètres de dénivelé environ 5 heures de marche.
départ de Notre Dame de Lure, forêt et sommet de Lure, retour par la station de Lure
 
rdv parking casino pin vert à  7h45 pour départ 8 heures.
trajet 1h30 à 1h45. Autoroute jusqu'à la sortie no 14 "la Brillane" puis Forcalquier- st Etienne les Orgues- notre Dame de Lure.
départ de la rando vers 10h, sommet vers 13h et picnic.
 
rando tranquille, le"nez en l'air"  mais aussi vers le sol, cela serait bien de tomber sur des champignons!!!!  on peut rêver !
 
pour les inscriptions, contactez Pierre directement
je vais essayer d'organiser le covoiturage en minibus. 
vu les conditions sanitaires  groupe de 10 personnes, ou 2 x 10 maxi car 2 encadrants.
le port du masque sera obligatoire dans le minibus.
 
RECOMMANDATIONS POUR DÉSINFECTER VOS EPI

RECOMMANDATIONS POUR DÉSINFECTER VOS EPI

Alors que les activités physiques et sportives reprennent de façon progressive dans le monde, et notamment la pratique des activités outdoor comme l'escalade et l'alpinisme, le respect des protocoles sanitaires est de mise. En cette période de crise sanitaire COVID-19, vous êtes nombreux à nous questionner sur la désinfection du matériel comme vos cordes, dégaines, harnais... Voici nos éléments de réponses pour désinfecter vos EPI que vous soyez un particulier pratiquant des activités de pleine nature ou un professionnel de l'outdoor gérant des EPI.

Lire les recommandations dans le document ci-dessous.


Document PDFRECOMMANDATIONS POUR DÉSINFECTER VOS EPI.pdf
Sorties falaises

Sorties falaises

Reprise cette année des sorties falaise. Un planning est en ligne dans l'agenda. Aujourdh'ui première sortie au Baou des Gouttes, plus connu sous le nom de Bec cornu.

Encore très chaud pour cette période de l'année.

Prochaine sortie le 26 septemebre, lieu et encadrant à définir.

Reprise de l'escalade dans les gymnases du Bras d'or et de Sarraute

Reprise de l'escalade dans les gymnases du Bras d'or et de Sarraute

Les mesures sanitaires recommandées aussi bien par les fédérations (FFME et FFCAM) que par l'état nous amène à prendre les mesures ci-dessous pour une reprise de l'activité sereinement.

Nous ommes conscients que cela va être quleque peu contraignant mais nous n'avons pas le choix :

  • Entrée dans le gymnase par la sortie de secours,
  • Une table sera installée avec le registre et le gel,
  • S’inscrire sur le registre, pensez à votre stylo,
  • Lavage des mains au gel hydroalcoolique (mis à disposition par les clubs et établissements scolaires),
  • Masque obligatoire dans le gymnase tant que vous ne grimpez pas. Possibilité de le garder en grimpant, c’est mieux mais pas obligatoire,
  • Magnésie en poudre totalement interdite, n’utilisez que de la magnésie liquide,
  • Alternance de grimpe sur les voies, attendre que les grimpeurs  de part et d’autre arrive à la 3ème dégaine,
  • Utilisation d’une corde par binôme, cette corde sera rangée dès que le binôme aura terminé sa séance, et ne sera plus utilisée de la soirée,
  • Pour la grimpe en moulinette, les cordes seront placées, il conviendra donc de se laver les mains avant chaque utilisation,
  • Vestiaires interdits, ouverts uniquement pour les toilettes (donc vos affaires devront rester dans l’espace de grimpe) et pour le point d’eau où sera mis à disposition du savon de Marseille.
PNR de la Sainte-Baume - Interdiction de circulation sur le chemin du Canapé

Interdiction de circulation sur le chemin du Canapé

Par arrêté municipal du 6 août 2020 de la Mairie du Plan d'Aups Sainte-Baume, le chemin communal du canapé situé sur la commuen du Plan d'Aups Sainte-Baume est interdit à la circulation des personnes jusqu'à sa mise en sécurité par l'Office national des forêts.

Cette interdiction a pour but d'assurer la sécurité du public, considérant le risque d'éboulement, de chute d'arbre et de branches le long du chemin. 


Document PDFArrt_n_2020_53_POL_FERMETURE_CHEMIN_DU_CANAP.pdf

Dénonciation des conventions d'escalade par la FFME, déjà des interdictions,

Suite à la dénonciation par la FFME, des conventions d'escalade dans le Parc National des Calanques. Dans le cadre d'une mesure provisoire, le Conseil départemental des Bouches du Rhône n'autorise plus la pratique de l'escalade sur ses espaces naturels.
De ce fait, il n'est plus possible de grimper sur les secteurs de Marseilleveyre, les Goudes, Morgiou (rive gauche), Crêt Saint Michel, le vallon des Escoutines, la Barasse et les Néréïdes.

Dans le Parc National des Calanques, l'ONF décide à son tour de protéger les grimpeurs d'eux-mêmes en interdisant l'escalade sur les secteurs dont il a la gestion.
De ce fait, ne sont plus autorisés les sites suivants : En Vau, Castelviel, Devenson, Eissadon, Candelle et Cap Morgiou.

Déconfinement : réouverture possible mais compliquée pour les refuges de montagne

Déconfinement : réouverture possible mais compliquée pour les refuges de montagne

Alors que le Premier ministre vient de confirmer ce jeudi 28 mai la réouverture des refuges à compter du 2 juin, la mise en place des protocoles sanitaires vire au casse-tête pour les propriétaires et les gardiens. Certes, les refuges pourront ouvrir cet été, mais à quel prix ? Celui d'un esprit montagne sacrifié, peut-être...

 

Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, a annoncé jeudi 21 mai la réouverture progressive des refuges à partir du 2 juin sous conditions. Bien que sa traduction dans le droit sous forme de décret soit toujours attendue, l'allocution du Premier ministre ce jeudi 28 mai vient confirmer cette bonne nouvelle, les règles accompagnant le déconfinement en montagne ayant jusqu'à présent fait l'objet d'un certain nombre de complications dont nous nous sommes faits l'écho.

Édouard Philippe a en effet annoncé, en même temps que l'ouverture des bars et des restaurants, que « les hébergements touristiques, les villages vacances, les campings pourront ouvrir à partir du 2 juin dans tous les départements, à l'exception de ceux qui font l'objet d'une vigilance particulière ». Les refuges faisant partie des hébergements touristiques, et l'Ile-de-France, la Guyane et Mayotte étant les seuls à faire l'objet d'une vigilance particulière, cette prise de parole corrobore donc celle de la secrétaire d’État en charge du dossier.

Gardiens et propriétaires ont donc été entendus, puisque le scénario privilégié par le SNGRGE (syndicat des gardiens), la FFCAM (gestionnaires de 120 refuges) et les autres acteurs de la concertation, à savoir l'ouverture des refuges à l'hébergement et à la restauration avec l'application de mesures sanitaires strictes mais adaptées à chaque refuge, est celui qui a finalement été retenu.

Entre sécurité sanitaire et esprit montagne

Le défi ne fait pourtant que commencer pour les refuges. « La tâche ne sera pas simple », nous prévenait il y a quelques jours Emily Cardoso, du Syndicat National des Gardiens de Refuge et Gîtes d’Étape. En effet, propriétaires et gardiens doivent désormais s'atteler à la mise en oeuvre de mesures sanitaires dans les refuges de montagne. Les dates et les conditions d'ouverture pour chacun des refuges restent donc à découvrir au cas par cas, avec à chaque fois une inconnue : parviendront-ils à conserver l'esprit si particulier de la vie en montagne ?

Le comité de pilotage, composé des gardiens (représentés par le syndicat et les associations), les propriétaires principaux (FFCAM, Parcs nationaux de la Vanoise et des Pyrénées, STD, etc.) et les préfets, a planché sur un protocole général et une charte randonneur

Chaque refuge doit ensuite adapter ce cadre général et élaborer son propre protocole : gardiens et propriétaires à la rédaction en lien avec le maire de la commune, avant envoi au préfet pour récépissé ou demande de complément.

« Nous traitons individuellement chaque cas en lien avec le gardien pour trouver la meilleure solution. »

Parc national de la Vanoise

 

Un document cadre est parvenu aux propriétaires et aux gardiens avec des obligations et des recommandations. Les mesures portent sur l’adaptation de la capacité d’accueil, l’aménagement des dortoirs pour respecter les mesures barrières (notamment le cloisonnement), la définition des procédures en cas de mauvais temps avec le rapatriement des bivouaqueurs dans le bâtiment mais aussi en cas de suspicion de Covid, la gestion des flux de circulation, le dispositif d'affichage et d'information, la restauration, le nettoyage et la désinfection des locaux, du mobilier et du matériel, les préconisations pour les gardiens et les salariés...

« Chaque refuge étant un cas particulier, nous traitons individuellement chaque cas en lien avec le gardien pour trouver la meilleure solution », nous a ainsi indiqué le Parc national de la Vanoise. « Les points de lavages des mains sont obligatoires et devraient être en place sans problème. Les gardiens de leur côté s’organisent pour les repas : plusieurs services, horaires décalés, repas à emporter, repas dehors sont des solutions possibles qui vont être mises en place au cas par casLes gardiens réfléchissent aussi à l’organisation du nettoyage avec des produits adaptés au virus mais respectueux de l’environnement. »

Entre le droit d'ouvrir et l'ouverture effective, une mise en place compliquée

En Vanoise, les refuges gérés par le Parc espèrent ouvrir aux dates initialement prévues : début juin pour les refuges « portes » (Plan du Lac, l'Orgère, Rosuel, Bois) et mi-juin pour les autres refuges (Femma, Vallonbrun, Prariond, Plaisance, Col du Palet, Martin, Fond des Fours, Arpont, Leisse, Valette, Turia). De leur côté, les refuges gérés par le Parc national des Pyrénées (Migouélou, Ayous, Arlet, Espuguettes) ont d'ores et déjà annoncé qu'ils n'ouvriraient pas avant le jeudi 2 juillet.

La FFCAM, propriétaire qui gère le plus de refuges avec près de 100 bâtiments gardés, le flou règne encore et les différents parties prenantes sont en plein dans les adaptations et les protocoles. Des clarifications sont attendues dans les deux semaines, nous a assuré la direction. Dans un entretien accordé à nos confrères d'Outside, Éric Charamel, Président de la Compagnie des guides de la Vanoise et membre du groupe de travail travaillant depuis plus d’un mois sur ce dossier, sous l’autorité de la secrétaire d’état Emmanuelle Wargon et de Louis Laugier, préfet de Savoie, indique les dates du 10 juin pour le Goûter, du 11 juin pour Tête Rousse, et du 12 juin pour le Nid d'Aigle.

« Les gens viennent au refuge pour avoir un sac moins lourd, sinon ils dorment dehors. »

Mélanie, gardienne de l'Olan

 

Mélanie Martinot, gardienne du refuge de l'Olan, géré par la FFCAM, est encore à ce jour partagée sur sa décision de rouvrir ou non, et quand. Pour elle, la réouverture ne se fera sans doute pas avant la première quinzaine du mois de juillet. Le temps de mettre en place le protocole qu'elle doit proposer à son CAF local (celui de Gap) et qui doit ensuite être validé par la fédération nationale. Un protocole « très lourd » qui lui fait craindre pour « l'ambiance du refuge, le contact avec les clients, la volonté des gens quand on va leur expliquer comment ça va se passer dans nos établissements de venir y passer des vacances ».

Si la capacité d'accueil sera réduite a minima de moitié, il faudra également compter sur de nombreuses contraintes : cloisonnement des dortoirs, sens de circulation avec marquage au sol, lieu dédié aux personnes déclarant des symptômes, port du masque à l'intérieur, accès limité au bâtiment en journée, inaccessibilité de tout élément qui pourrait être partagé (les oreillers, les couettes, les crocs, les casiers mais aussi la traditionnelle bibliothèque montagne), etc.

Les installations telles que les alèses plastiques et les séparations entre les lits ou la distribution de gel, de savon et de papier sont à la charge du propriétaire, avec déjà des premiers couacs, comme le délai de commande pour les alèses, qu'il faudra qui plus est nettoyer quotidiennement. 

Au gardien revient la charge de faire signer la charte des randonneurs et de s'assurer du respect de la distanciation sociale, avec là encore des interrogations : hormis les personnes du même foyer, doit-on cloisonner les gens d'un même groupe, d'une même cordée ? La charte doit-elle être signée en amont avec recueil des données personnelles ou à l'arrivée ?

Mais la crainte principale de Mélanie Martinot est ailleurs ; c'est celle d'un bâtiment qui perdrait de son âme et de ses valeurs montagnardes : « le côté humain, le partage, l'entraide, la convivialité ». Dans ces conditions, les randonneurs ont-ils toujours intérêt à choisir le refuge au bivouac ? « Les gens viennent au refuge pour avoir un sac moins lourd, sinon ils dorment dehors », répond la gardienne de l'Olan, lucide et « perplexe ». D'ailleurs, la question des refuges non gardés n'a toujours pas été tranchée.

Source montagnes-magazin

PNC : Rappel des réglementations et des bons gestes

PNC : Rappel des réglementations et des bons gestes

1 / PREVENIR LE RISQUE D’INCENDIE : APPEL A LA VIGILANCE

Afin de prévenir les risques d’incendie, le Parc national des Calanques rappelle qu’il est interdit, et ce tout au long de l’année, de :

  • Faire du feu et fumer (sauf dans les secteurs habités et jardins privés pour fumer et faire un barbecue et dans le respect des réglementations existantes) ;
  • Faire du bivouac, du camping et du caravaning, y compris aux abords des routes du mont Rose à Callelongue, de Morgiou, de Sormiou, de la D559 de Marseille à Cassis et de la D141 de Cassis à La Ciotat ;
  • Jeter des déchets.

Il rappelle également que l’accès à pied, y compris par la mer, et la présence dans les massifs forestiers sont réglementés en été : ils peuvent être autorisés (niveaux de danger vert et jaune) ou interdits (niveau de danger orange et rouge) selon les conditions météorologiques. Mais aussi, qu'en cas de vent violent, et ce toute l'année, la D141 de Cassis à La Ciotat peut être fermée à la circulation des véhicules pour éviter leur retournement.

 

Avant de partir, renseignez-vous sur les accès aux massifs :

Tél. 08 11 20 13 13 (0,06 €/minute) / www.bouches-du-rhone.gouv.fr / application MyProvence Balade

Cliquez ici pour en savoir plus sur ces dispositions.

2 / RAPPEL SUR LES REGLEMENTATIONS EN CŒUR DE PARC ET LES BONS GESTES

La réglementation du Parc national des Calanques portant sur les usages et les activités s’applique dans son périmètre de cœur. Elle permet de protéger le patrimoine naturel, culturel et le caractère du Parc national, et de préserver la quiétude des lieux et la tranquillité de tous.

Elle est définie dans les documents de référence portant sur la création du Parc national (décret et charte) ainsi que dans les actes dérivés (réglementations adoptées par le directeur et le conseil d’administration).

Les règles de conduite sont simples, dictées par le bon sens et le souci de respecter la nature et les autres usagers. Elles permettent à chacun de mieux jouir de ce site grandiose et de mieux partager le territoire, pour le respect de tous.

En savoir plus sur :

3 / LES SANGLIERS : QUEL COMPORTEMENT ADOPTER ?

Le niveau des populations de sangliers, partie intégrante de l’écosystème méditerranéen, nécessite sur le massif des Calanques une vigilance accrue du fait de son importante fréquentation et de la proximité des habitations riveraines.

En bordure et en cœur du Parc national des Calanques, notamment sur le secteur très fréquenté de Luminy ou encore autour de Sormiou et Morgiou, des sangliers isolés ou en petits groupes sont régulièrement observés. En saison estivale et avec la sécheresse, ils peuvent s’approcher davantage des promeneurs et des habitations dans leur recherche de nourriture et d’eau.

L’interface entre la ville et la nature tout autour du Parc national des Calanques est une zone « à risque » puisqu’elle est située immédiatement en bordure du lieu de vie de cette espèce. Elle apporte de plus des solutions « faciles » d’abreuvement pour les sangliers (pelouses arrosées notamment) et d’apport de nourriture (poubelles, nourrissage, etc.)

Ainsi, pour une cohabitation sereine avec cette espèce, dans un souci de prévention, et afin d’assurer la sécurité publique, le Parc national rappelle la conduite à tenir visant à ne pas attirer les sangliers hors de leur habitat naturel :

  • ne pas nourrir ces animaux sauvages ; veillez à emporter les déchets issus de pique-nique en milieu naturel ;
  • ne pas s'en approcher, les effaroucher (en faisant du bruit et sans se mettre en danger) ;
  • la gestion des poubelles doit être une priorité (ne pas faire déborder une poubelle déjà pleine, veiller à bien refermer les locaux poubelles, etc.) ;
  • pour les résidents, l’arrosage des pelouses privées est déconseillé.

Le Parc national invite les usagers et résidents à lui signaler tous comportements anormaux d’individus de sanglier (pas de peur de l’homme, comportement agressif…) via l’adresse de contact : contact@calanques-parcnational.fr

Source

Randonnée montagne Réouverture des parcs régionaux de Sud-Paca

Randonnée montagne Réouverture des parcs régionaux de Sud-Paca

Réouverture des parcs régionaux de Sud-Paca: un appel à la responsabilité collective pour "éviter une pression trop forte"

Publié le 08/05/2020 à 13:57 source

Le 11 mai, les parcs et jardins seront de nouveau accessibles aux promeneurs dans les départements verts. Des arrêtés préfectoraux pourront également annuler l'interdiction d'accès aux massifs, rivières et berges. Si le président du Réseau des Parcs naturels régionaux de Provence-Alpes-Côte d'Azur a conscience que les gens voudront en profiter après plusieurs semaines de confinement, il appelle à la vigilance et à la responsabilité collective de tous.

Les neuf parcs régionaux de Provence-Alpes-Côte d'Azur devraient de nouveau être accessibles au public à partir de ce lundi 11 mai. 

Si le temps ne sera pas à la fête en début de semaine, de nombreux promeneurs y sont attendus dans les prochains jours.

Ce qui inquiète quelque peu le président du Réseau des Parcs naturels régionaux de Provence-Alpes-Côte d'Azur Jean Mangion. 

Dans un communiqué, il appelle "à la vigilance et à la responsabilité collective de tous".

"La pandémie de Covid-19 nous a brutalement rappelés à quel point l’Homme avait besoin de la nature et que nos sociétés sont directement touchées par les impacts que nos activités ont sur l’environnement. Dans les Parcs naturels régionaux, cela fait plus de 50 ans, que des hommes et des femmes, élus, associations, acteurs économiques, œuvrent au quotidien pour faire coexister les activités humaines et des richesses écologique, paysagère et culturelle exceptionnelles.

C’est pourquoi, les Parcs naturels régionaux de Provence-Alpes-Côte d’Azur souhaitent rappeler qu’une pression trop forte sur les espaces naturels peut perturber et endommager les écosystèmes. Ainsi, une grande vigilance collective et individuelle, le bon respect des consignes et la prise en compte de quelques règles de bon sens sont sollicités auprès de tous. Nous sommes toutes et tous des invités de la nature, responsables de ce que nous laisserons demain à nos enfants", écrit-il en concertation avec les Présidents des 9 parcs naturels régionaux.

Et d'ajouter: "Nos territoires sont vastes et regorgent d’une multitude d’options pour s’aérer. Evitez autant que possible les sites les plus fréquentés. Une pression humaine trop forte à certains endroits est préjudiciable pour la nature et risquée face à l’épidémie du Covid-19."

 

LES RECOMMANDATIONS 

-"Je respecte la propriété de l’endroit où je vais, la plupart des espaces naturels ne sont pas des espaces publics mais des espaces privés où le passage est toléré.

- Je suis discret pour ne pas effrayer la faune particulièrement sensible au dérangement en cette période de l’année et après plusieurs mois d’absence de présence humaine.

- Je tiens mon chien en laisse (attention, les chiens sont interdits dans les réserves naturelles et certains autres sites soumis à règlementation spécifique, je me renseigne avant de partir).

- En restant sur les sentiers balisés, je participe à protéger les espaces naturels en limitant le piétinement de la flore et le dérangement de la faune en pleine période de reproduction.

- Je respecte le travail des bergers et la présence des troupeaux, en les contournant largement - Je veille à laisser ces espaces comme je les ai trouvés: je ne ramasse ni fleurs et plantes, ni minéraux ou fossiles. Je rapporte avec moi tous mes déchets.

- Attention, dès le 1er juin nous entrons en période de risque incendie: je me renseigne avant de partir sur le niveau de risque et l’autorisation d’accès aux massifs.

-Je n’oublie pas de m’équiper d’une tenue et de chaussures adaptées et je prends de l’eau avec moi (dans une gourde réutilisable bien sûr !), je vérifie la météorologie.

- Dans la nature, comme en ville, je respecte les gestes barrières pour limiter la propagation du COVID-19."


Les signataires: le Président du Parc naturel régional de Camargue Roland Chassain, le Président du Parc naturel régional de la Sainte Baume Michel Gros, la Présidente du Parc naturel régional du Luberon Dominique Santoni, le Président du Parc naturel régional des Baronnies Provençales Claude Aurias, le Président du Parc naturel régional du Verdon Bernard Clap, le Président du Parc naturel régional des Préalpes d’Azur Eric Mele, le Président du Parc naturel régional du Queyras Christian Grossan, le Président du projet de Parc naturel régional du Mont Ventoux Alain Gabert, le Président du Réseau des Parcs naturels régionaux de Provence Alpes Côte d'Azur Président du Parc naturel régional des Alpilles Jean Mangion. 

Interview exclusive avec la FFME au sujet de la fin du conventionnement des falaises.

Interview exclusive avec la FFME au sujet de la fin du conventionnement des falaises.

Il y a quelques jours, la FFME annonçait la fin du conventionnement des falaises, suscitant ainsi des craintes pour les pratiquants outdoor qui appréhendent de se voir interdire l’accès à certains sites.

Nous (Planetgrimpe) sommes donc allés à la rencontre d’Alain Renaud, directeur général adjoint et responsable du pôle sites naturels d’escalade, et Rémy Moutardier, Vice-président en charge des sites naturels d’escalade, afin de leur poser quelques questions sur le sujet et d’éclaircir certaines zones d’ombre. 

Lire l’intégralité de l’interview en cliquant sur ce lien

« Vers une transition du tourisme en montagne : Des États généraux en novembre »

« Vers une transition du tourisme en montagne : Des États généraux en novembre »

C‘est vrai, c’est difficile, en ce moment, de résister….
Une sacrée envie qui vient du fond de nous. Monter là haut, ça nous a toujours fait un bien fou ! Peut-être par recherche de distances avec le « en bas », son consumérisme ambiant souvent teinté de folie, ses pollutions envahissantes, sa pression sécuritaire, son stress et parfois les non sens de boulots qui bouffent nos vies… Mais grimper là haut, c’est aussi et avant tout une énergie intérieure qui nous fait vibrer, pour un monde d’une beauté du diable, un monde de liberté et d’autonomie, d’engagement et de responsabilité, de solidarité et d’entre-aide… Nous avons la chance inouïe d’accéder à toute la beauté des sommets du monde. Un sublime et des aventures intenses que nous souhaiterions éternelles.

Mais ces dernières années nous ont fait un peu (beaucoup) redescendre sur terre.
Mars 2020 pour la première fois dans l’histoire, nos montagnes sont rigoureusement interdites. Au mieux, ailleurs, elles ne sont « que » très fortement déconseillées. Nos secouristes bien aimés qui nous tendaient la main distribuent maintenant des PV en altitude. Et complètement inimaginable, c’est le monde entier qui subitement s’est quasiment mis à l’arrêt… Dans nos régions les pratiques et les professionnels de la montagne risquent d’être durablement et lourdement impactés. Cette brutalité est inédite. 

Mais, avant ce mois de mars 2020, depuis les années 2000 au moins, nous avons été aux premières loges pour assister à une dégradation accélérée de nos montagnes. Les mois d’août sont devenus tristes en altitude, nos glaciers gris, rocailleux et dangereux. Et les guides redescendus en vallées. Nos cathédrales de granite, de calcaire s’effritent et parfois littéralement s’effondrent. Gaston Rébuffat ne reconnaîtrait pas « ses 100 plus belles » dans le massif du Mont Blanc, dans les Écrins, ou en Vanoise… En ce mois d’avril, la Mer de Glace est toute rocheuse. Comme gardien de refuge auprès de notre superbe Meije, j’ai assisté en direct à la disparition de glaciers, à la multiplication des éboulements, à celui impressionnant d’août 2018 qui a rendu quasiment inaccessible la plus belle course d’arêtes des Alpes. Une vraie violence, qui ne laisse pas indemne.

Ces questions, nous devons nous les poser, avec tous les acteurs de la montagne.

[LIRE LA SUITE DE CETTE TRIBUNE DE FRÉDI MEIGNAN, PRÉSIDENT DE MOUNTAIN WILDERNESS]

Source

Escalade Un séisme pour les falaises : La FFME annonce la fin des conventions

Escalade Un séisme pour les falaises : La FFME annonce la fin des conventions

Dans la lettre qui suit, adressée aux présidents des comités, ligues et clubs, Pierre You, président de la Fédé, annonce la fin des fameuses conventions qui permettaient jusqu'à présent que la responsabilité des propriétaires des sites ne soit pas mise en cause en cas d'accident. Cela pose bien évidemment la question de l'avenir de très nombreuses falaises qui seront directement menacées d'interdiction suite à cette annonce. Voici la lettre, en attendant plus de précisions.


Document PDFCourrier-Présidentes-de-Ligues-CT-et-clubs-Assurances-et-conventionnement-SNE.pdf
Après les Italiens, les secouristes français appellent à ne plus aller en montagne

Après les Italiens, les secouristes français appellent à ne plus aller en montagne

Dès dimanche, les pisteurs secouristes des Arcs en Savoie mettaient en garde les adeptes du ski de randonnée sur les risques inhérents à la montagne y compris sur les domaines skiables dès lors qu’ils ne sont plus sécurisés avec la fermeture générale des stations. On a constaté une forte présence de randonneurs sur les secteurs aménagés ce 15 mars, alors que les services de pistes et des remontées mécaniques assuraient la fermeture des installations. Ce dimanche, alors que la station était fermée le domaine skiable du Tour, dans le haut de la vallée de Chamonix, a vu son parking quasiment aussi rempli qu’un jour d’ouverture. Nombreux étaient les prétendants au sommet de la Tête de Balme.

Ce lundi, les PGHM de Chamonix, mais aussi celui de l’Isère, ouvrant la voie à l’ensemble des unités de secours de la gendarmerie dans les massifs, lançaient sur Facebook un appel aux pratiquants, à la lueur des recommandations des médecins urgentistes, notamment pour ne pas engorger les services hospitaliers en ces temps d’accélération de la propagation du Covid-19 :  « Le ciel est bleu, la neige est là et les montagnes sont belles. Grande est la tentation de faire un tour. Cependant, la situation présente et surtout à venir est telle que chaque ressource, chaque minute qui sera consacrée par les équipes médicales à un secours en montagne pourrait être retranchée à la prise en charge de l'épidémie COVID-19 en cours, et donc, in fine, très probablement au détriment d'un autre patient. En d'autres termes, à partir de maintenant, chaque secours est potentiellement un secours de trop pour les services hospitaliers. Bien que le service de secours à personne du PGHM de Chamonix Mont Blanc reste pleinement assuré, nous relayons le message de nos collègues médecins urgentistes du secours en montagne qui sollicitent expressément la responsabilité de chacun. En l'attente de prochaines directives officielles, nous appelons à la prise de conscience des pratiquants de la montagne et leur recommandons de réduire au strict minimum, idéalement de suspendre, leurs activités le temps de la crise. »

Du côté des CRS, le message est le même. « On reconsidère même notre manière de nous entrainer » explique le capitaine Amaury Lagroy de Croutte, patron du détachement de la CRS Alpes en Savoie.

La semaine dernière, le club alpin italien et les secours transalpins avaient fait de même dès jeudi. Les annonces du président de la république attendu lundi soir, avec un confinement général attendu, pourraient de toutes façons mettre fin à bien des velléités.

A lire aussi

LE CLUB ALPIN AUSSI APPELLE À RÉDUIRE SES ACTIVITÉS EN MONTAGNE

COVID-19 : Annulation / report stages

COVID-19 : Annulation / report stages

Bonjour à tous,

Suite aux mesures de confinement dont on ne connait pas la durée, il est raisonnable de considérer que les stages prévus en mars et avril ne pourront avoir lieu.

Françoise DUPRAT

COVID-19 : Grand parcours / conséquences

COVID-19 : Grand parcours / conséquences

Bonsoir à tous

Les circonstances font que notre projet de Grand Parcours Randonnée Sainte Victoire n’aboutira pas.

On ne peut qu’être déçus en regard des efforts déployés par chacun. Mais il faut voir le côté positif des choses :

Nous avons été capables d’inventer une action d’envergure, de la construire, de la mener quasiment à son terme, ensemble et en harmonie .

Nous l’avons construite aussi pas à pas avec les différents acteurs du grand site et nous avons prouvé que nous étions capables de créer un événement eco-responsable dans un environnement protégé.

Rêver, vivre, partager : c’est ce qui m’anime et me fait avancer.

Merci à tous de m’avoir permis de passer avec vous tous ces super moments.

Amitiés.

Jacques BAILLS

Comment

COVID-19

Suite à l'allocution du président de la république et à l'accélération de la crise, il est demandé pour éviter tout regroupement susceptible de favoriser la propagation du virus, de suspendre toutes les manifestations, toute activité (réunions, sorties, etc.) jusqu'à nouvel ordre.

A compter de dimanche 15 mars 2020 et jusqu'à nouvel ordre, plus aucun refuge ne sera gardé.

Les chalets seront fermés. Les refuges restent ouverts en mode non gardé compte tenu de leur mission d'intérêt général.

Abri AZEMA : Démenti du Directeur du PNC

Abri AZEMA : Démenti du Directeur du PNC

Suite à un entretien avec monsieur François Bland Directeur du Parc National des Calanques, ce dernier a démenti que le PNC avait pour projet de détruire l'abri Azémas.

Ceci permet de clarifier une situation rendue ambigüe par le document de présentation du schéma de cohérence des sports et loisirs de nature qui rappelait l'interdiction du bivouac au cœur du Parc National y compris dans les cavités et les refuges sur le territoire (Azéma / Piolet par ex.) et le déséquipement de ces derniers.

Le CT13 FFME remercie le Parc National de préserver ces lieux chargés d'histoires (petites), ainsi que tous ceux qui étaient prêts à se mobiliser pour conserver ce patrimoine.

Par contre le CT13 FFME désapprouve tous les propos haineux et insultants (heureusement minoritaires), qui ont pu être tenus envers le Parc National et ses agents sur les réseaux sociaux.

Je vous demande de bien vouloir partager

Jean Claude Grand
Président du CT13 FFME

Un vent de folie souffle sur le Siou Blanc

Document de présentation du projet d'éoliennes industrielles en forêt des Morières (Siou Blanc).

Les arguments de l’association A.D.E.N.A. y sont également exposés.

La pétition est disponible au lien suivant :

https://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/aux-eoliennes-industrielles-arriere-pays-toulonnais/76963


Document PDFUn vent de folie souffle sur le Siou Blanc.pdf
Un nouvel opérateur pour protéger et restaurer la biodiversité.

Un nouvel opérateur pour protéger et restaurer la biodiversité.

L’Office français de la biodiversité (OFB) est opérationnel depuis le 1er janvier 2020 pour protéger et restaurer la biodiversité (Loi n°2019-773 du 24 juillet 2019).

Établissement public sous la tutelle du ministère de la Transition écologique et solidaire et du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, il est né de la réunion de l’Agence française pour la biodiversité (AFB) et de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). Les parcs nationaux de France (PNF) sont quant à eux rattachés à l’OFB.

Créé dans un contexte préoccupant de déclin de la biodiversité, l’Office a pour mission première de créer la dynamique collective nécessaire pour reconquérir et préserver la biodiversité ainsi que les milieux naturels, qu’ils soient terrestres, aquatiques ou marins.

Facebook : https://www.facebook.com/office.francais.biodiversite/

Twitter @OFBiodiversite : https://twitter.com/OFBiodiversite

Instagram @ofbiodiversite : https://www.instagram.com/ofbiodiversite/

YouTube : https://www.youtube.com/channel/UCRjbqO-atjXp9fx5ULn-VgA

LinkedIn : https://www.linkedin.com/company/office-francais-biodiversite/

Soundcloud : https://soundcloud.com/OFBiodiversite/

Site de l’OFB : https://www.ofb.gouv.fr

Site dédié à la biodiversité : http://www.biodiversitweb.fr

Site de référence pour jardiner sans pesticide: https://www.jardiner-autrement.fr/

Plaquette OFB : https://fr.calameo.com/read/003502948b5c600e5e061

Fermeture du sentier "la Mélette"

Communiqué de presse de l'ONF : fermeture du sentier "la Mélette" en forêt domaniale des Calanques

Suite aux derniers événements climatiques, le sentier n°5 de la Mélette en forêt domaniale des Calanques est interdit d’accès.

Un risque d’éboulement d’une partie d’un éperon rocheux est possible.

L’Office national des forêts a procédé ce jour à la pose d’une signalisation et à la fermeture des 2 accès au site.

Nous vous invitons à lire le communiqué de presse en pièce jointe et à relayer cette information sur vos réseaux.

L’information a également été relayée sur la page Twitter de l’ONF :

https://twitter.com/ONF_Officiel/status/1207698701231235072?s=20


Document PDFCommunique_presse_acces_interdit_risque_eboulement_sentier_La_Melette_FD_Calanques.pdf
Formation

Formation

Un club ne peut fonctionner sans ses encadrants bénévoles. Il n'est pas donné à tout le monde de pouvoir restituer ses connaissances aquises durant des années. Beaucoup de membres d'un club n'encadreront jamais (sinon nous serions 270 encadrants), soit par manque de temps, soit par volonté de ne pas le faire. cela n'empêche qu'un club a besoin d'encadrants pour mener ses activités.

Même si la loi du sport n'impose pas de diplômes pour encarer du moment que l'on est bénévole, la fédération encourage fortement aux formations diplomantes.

- Pratique régulière avec un suivi sur les livrets à l'autonomie

- Niveau 1 : validation de l'autonomie

- Niveau 2 : formations diplomantes

Multi activités

Route de la Gardiole : Position de la FFCAM.

06/04/2019
Route de la Gardiole : Position de la FFCAM.

Fermeture définitive de la route de la Gardiole

Un communiqué de presse en date du 22 mars 2019 émanent du Parc National des Calanques et 
de  l’Office  National  des  Forêts  fait  état  d’un  courrier  adressé  le  20  février  2019  par  les  deux propriétaires privés du chemin dit « route Gaston Rebuffat » annonçant leur décision de fermer 
définitivement leur propriété à la circulation des véhicules , décision prenant effet immédiatement.

Le communiqué fait état d’enjeux de sécurité publique : risque d’incendie, forte fréquentation et 
pratiques inadaptées.

Enfin le PNC et l’ONF nous délivrent leur position commune : La décision de fermeture de la route 
par les propriétaires va dans le sens de la protection du milieu ; ils remarquent simplement qu’elle 
est  intervenue  très  rapidement.  Ils  proposent  un  dialogue  avec  les  collectivités  locales  et  les 
usagers pour trouver des solutions : des aménagements alternatifs dont la priorité est la création 
d’un parking sur le bord de la route de la Gineste.

Quelle  position  la  FFCAM  peut  elle  adopter  pour  apporter  sa  pierre  à  une  solution  du dossier ? 






CLUB ALPIN FRANCAIS GARLABAN EN PROVENCE
24 RUE DU JEU DE BALLON
13400  AUBAGNE
Contactez-nous
Tél. 06 22 88 75 83
Permanences :
jeudi 18:00-19:00
Activités du club
Agenda